Ma présentation par l’historique : avant 2002, Qu’est-ce que je suis ?

inrock_29072015Vu le sujet très sensible, et vu la haine que cela peut généré chez certains par manque de connaissance du sujet ou par manque de tolérance, je suis bien obligé de rester prudent sur les informations que je donne sur moi.

Cependant, il est difficile de lire quelqu’un sans avoir un minimum de contexte et de connaissances à son propos.

« L’homme n’est rien d’autre que ce qu’il fait » (Jean-Paul Sartre)

« Ce que tu fais te fait » , comme dit le proverbe.

.

Pour me définir, je vais donc procéder par chronologie de mon historique :

.

avant 2002 : Qu’est-ce que je suis ?

Fin du collège / début du lycée, j’ai senti que je n’étais pas attiré que par les filles. Les chevaux (mâle ou femelle), m’attiraient aussi terriblement. Ce n’était pas forcément une attirance sexuelle, mais je ressentais de nouvelles sensations et de nouveaux sentiments quand j’étais à leur côté. Je ne sais pas d’où ça me venait, mais j’avais déjà l’habitude de me balader à pied dans la campagne ou la forêt et de « jouer » à être un animal humain. Je faisais aussi parfois des rêves où, devant les problèmes de la vie, je partais vivre dans la forêt comme un survivant. Avec cette nouvelle attirance vis-à-vis des chevaux, j’allais de temps en temps en caresser certains pendant mes balades. J’appréciais particulièrement sentir leur odeur et mettre mon visage dans leur encolure.

Cette attirance platonique s’est transformé en attirance sexuelle petit à petit. Étant anti-spéciste dans l’âme, il était évidant pour moi que les chevaux aussi avaient du plaisir sexuel. Je voulais être désiré sexuellement par eux alors je me suis mis en tête d’essayer de leur donner du plaisir sexuel.

Je ne suis pas du tout attiré par les hommes ou les mâles. Mais ne connaissant pas le plaisir féminin, il était évidant pour moi que la seule façon de donner du plaisir sexuel à un équidé, c’était en tripotant le sexe d’un mâle.

J’ai pu assouvir certain de mes phantasmes ainsi, mais je me suis vite rendu compte que les chevaux m’appréciait davantage pour ma présence ou mes grattouilles que pour mes prestations sexuelles.

Petit à petit je me suis également intéressé un peu aux femelles mais, j’avais tellement peur de leur faire du mal que finalement je ne faisais rien.

Je suis resté comme ça pendant quelques années. A faire du « touche pipi »et en étant certain que j’étais le seul au monde à avoir ce genre d’attirance. Je ne savais même pas que mon attirance avait un mot pour la définir !

Puis, avec internet, j’ai découvert que c’était de la zoophilie. Mais je ne trouvais aucune infos. Que du porno, du porno, du porno. Trash en plus. Bien dégueux. C’est à ce moment que j’ai commencé à me demander si j’étais normal. Commencé même à me sentir mal…

Laisser un commentaire